Pastilles sonores

Pastilles sonores

Débutées en 2018, les Pastilles Sonores constituent 28 objets sonores qui accompagnent à ce jour, certaines œuvres de l’artothèque et gardent trace de quelques expositions passées à la Maison des arts.

Cinq Pastilles Sonores ont été réalisées à la Maison d’arrêt de Rouen, avec les hommes et les femmes, en 2021.

 

 

Les Détaché.e.s

Les Détaché.e.s

En 2019 et en 2020, la compagnie Le Chat Foin, Rouen est intervenue dans 4 prisons de Normandie pour y proposer des ateliers d’écritures. Au-delà de ces ateliers, l’objectif était de nourrir la création d’une pièce de théâtre : Les détaché.e.s,  un récit collectif qui utilise la poésie et la métaphore pour parler de notre intimité.

Gazette culturelle régionale : Gamelle de culture

Gazette culturelle régionale : Gamelle de culture

Présentation du projet :

À la suite du premier confinement, les coordonnateurs/trices des actions culturelles en milieu pénitentiaire de Normandie et les chargés de projets Culture et Lecture – Justice ont développé un nouveau média intitulé Gamelle de culture.  L’objectif de celui-ci était de garder le lien avec les personnes détenues dans un contexte de suspension des activités culturelles en détention. 

Correspondance illustrée

Correspondance illustrée

Présentation du projet :

En avril 2013, le Muséum d’histoire naturelle du Havre présente l’exposition Antarctique, une explosion de vie et rencontre un glaciologue qui s’apprêtait à passer un an sur la base scientifique française Dumont D’Urville. Un projet de correspondance entre ce chercheur et les détenus du centre pénitentiaire du Havre voit alors le jour pour créer un lien entre deux mondes isolés.

Mon métier rêvé

Mon métier rêvé

Présentation du projet :

L’action Mon métier rêvé mêle théâtre, ateliers d’écriture, ateliers d’enregistrements audio et ateliers photographie. En introduction du projet lors de la première séance, Art-Scène a joué le spectacle « L’ouvrière inconnue », un monologue où la comédienne Sophie Caritté incarne une ouvrière du textile des années 50 et revient sur les conditions de travail à l’usine. Le spectacle se jouait dans une exposition décrivant cet univers, grâce à 10 panneaux prêtés par le Ville de Petit-Quevilly.